Carafe Tour Eiffel – Marianne Guedin

80,00

Carafe au format « fillette » contenant 37,5 cl  particulièrement adaptée pour les fêtes

Vous avez une question ? Contactez-nous

CARAFE TOUR EIFFEL

Carafe au format « fillette » contenant 37,5 cl  particulièrement adaptée pour les fêtes est le récipient idéal, selon affinité, pour une eau pétillante ou un vin de champagne, révélant la dynamique des bulles s’accrochant à l’emblème de Paris: la Tour Eiffel.

« avec des si on mettrait paris en carafe »
Cette carafe en verre borosilicate transparent façonnée à la flamme a été crée pour rendre hommage à Paris.
Pièce numérotée et signée.

Ces carafes sont façonnées à la flamme : cette technique appelée Chalumeau prend comme point de départ des tiges de verre borosilicate transparent. Ce travail consiste à modeler, à souffler, à étirer, tordre, fusionner des tubes ou des baguettes de verre à l’aide d’une flamme.
Cette expérience est réalisée dans une usine spécialisée depuis 1880 dans la fabrication de décorations de Noël et de sujets de verre.
Les soliflores ont été réalisés par des ouvriers-souffleurs.
Cette technique a été utilisée dès l’Antiquité pour confectionner et décorer des perles et pour souffler des alambics. Par la suite, de l’époque médiévale jusqu’à nos jours, ce procédé est communément utilisé pour la confection de récipients de laboratoires scientifiques ou industriels. Il nécessite peu de place et une installation simple, ce qui le rend d’un usage relativement aisé, domestique ou ambulant. L’invention du chalumeau à double arrivée de gaz et d‘air en 1860, puis le remplacement de l’air pulsé par l’oxygène ainsi que l’invention du verre borosilicaté en 1922 ont considérablement amélioré la technique.
Parallèlement à une production utilitaire à destination scientifique, il a toujours existé une production artistique de petits sujets décoratifs en verre filé ou soufflé au chalumeau, animaux ou boules de Noël, ou de véritables œuvres, comme les “filés “ de Nevers ou les calices Art Nouveau.

Avec cette carafe , Marianne Guedin re-visite ce savoir-faire traditionnel.

Catégorie :